Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mchatrois

  • mchatrois
  • Simplement femme, aimant la poésie et surtout les poètes maudits...
Il était inévitable que je tombe dans la soupe à Ferré-- Depuis je m'y noie
  • Simplement femme, aimant la poésie et surtout les poètes maudits... Il était inévitable que je tombe dans la soupe à Ferré-- Depuis je m'y noie

Recherche

5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 10:13
 

                                                                

 

            

                           

 

1993 - 2013  ON PENSERA  A TOI LEO  Sacré  "METAMEC"

Paroles de l'ami Bégui : A toi claire, à tous les inconditionnels de Léo qui passent de temps à autre sur ce site, je souhaite une bonne et heureuse année 2013.  20 ans déjà que tu nous a dit au revoir, souhaitons que cela ne soit pas un adieu - Léo tu nous manques. Bégui

                                                    Ligne-Partition-01.gif


Claire remercie tous les visiteurs  anonymes de ce modeste blog en hommage à Léo.

Claire remercie un certain Dr. J D qui se reconnaîtra car il a passé un bon moment ici ces derniers jours... Un paquet de pages lues . Un ami de Léo Ferré à n'en point douter.

Claire remercie les amis du site :leo-ferre.com/accueil.html link

Claire  ce juillet 2013 ne manquera pas de déposer des "soleils" à Monaco, où se trouve la dernière demeure de Léo... Et comme d'hab elle lui diras  "Tu dois drôlement t'emmerder là dessous" elle chantera aussi  "La Mémoire et la Mer" une de ses chansons préférée et tant pis si elle perd un peu la mémoire. Comme disait Léo " Il restera la mer".
Pauvre Claire, elle a de drôle d'idées parfois . Elle dit ce qu'elle pense et pense ce qu'elle dit. Pas comme un certain H..... Mais bon...  ce n'est pas une intello non plus... 

Claire à lu quelque part "un homme ne se couche que pour mourir (L.Ferré)
Alors Claire à décidé qu'elle ne se couchera pas de sitôt. Bien qu'à 76 ans ?
Mais Claire à des bottes secrètes... Ferré, Ferrat, Ferrer, Brassens, Brel et ce sacré Montand et puis Bécaud  toutes ces  voix qui se sont tues  lui ont laissé des messages et Claire a rempli son i.phone qui , en ballade ne la quitte jamais, alors Claire marche légèrement sur les chemins de sa vie. Elle danse aussi.
Elle sourit Claire en faisant la nique à satan, un compagnon de route , le seul qui ne l'ai jamais quitté. Elle dit comme Léo "Thank You Satan"!! et VIVE LA VIE 

Et vive Rimb et Verlaine et Aragon et tant d'autres , ainsi que les belles musiques  de Chopin, Ravel, Beethoven  car Claire aime toutes les musiques.

Et pour cela Claire fait le voeux de vivre encore longtemps longtemps !! 

Voilà vous savez tout, ou presque maintenant  sur cette drôle de CLAIRE

Bonne Année et tout ce que vous pourrez désirer surtout ce qui vous rend heureux.

                       

 

ET  BONNE ANNEE quelque part en Toscane où Léo a  "niché" sa famille

à Mathieu, Marie Christine sa femme, Marie Cécile et Manuella

De belles et bonnes récolte en 2013 et j'espère de nombreuses visites des amis de Léo

 En TOSCANE vous serez bien reçu ... Allez-y voir comme moi .
Je vous embrasse tous bien  fort.  MJ

Castellina 04         Le chemin

2010  le beau voyage - voir aussi l'album photo.

  

     

Repost 0
Published by mchatrois - dans Présentation
commenter cet article
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 16:03

Castellina in Chianti où... Mon voeux  enfin se réalise.


Le rendez-vous

- "Le rendez-vous"  Instinctivement c'est le titre que j'ai donné à cette image.

J'ai longtemps cru que je n'irais jamais à Castellina, c'était sans compter sur la gentillesse de mes petits enfants qui, connaissant mon désir... Ont insisté auprès de leur mère pour faire le détour.

La maison de Léo  n'est pas facile à trouver, située dans un petit chemin entre deux autres résidences,  juste avant  le village de Castellina si vous venez de Florence. Il était midi lorsque nous arrivâmes, Marie Christine était au village pour faire quelques courses. On nous rassura; elle ne tarderait pas. Puis nous fûmes invités a goûter le Chianti.

Euh... Je dois avouer que nous l'avons  "bien goûté"ce chianti... Hic !!

Arrive un grand bonhomme, crinière en bataille, visiblement rouge et en sueur.... Je le reconnais dans l'instant; c'est Mathieu, un Mathieu différent de celui rencontré à Nice au cours d'un spectacle dédié à Léo: Chevelure déjà grisonnante, et nettement plus épanoui et ouvert, a qui j'ai immédiatement fait un bisou.  Puis une jeune femme vint vers nous, la taille  entourée d'un grand tablier, idem cheveux en bataille... Le haut de son petit visage me rappela aussitôt un autre visage. Celui de qui vous savez déjà.  J'ai dit: " Marie Cécile" ? Presque gênée elle répond: "oui" J'étais émue de voir une telle ressemblance, et tant de discrétion et d'humilité dans son attitude....

Et ce clignement des yeux !! Un regard qui vous scrute et s'échappe... J'étais si émue, que des larmes ont voilé ma vue.

- Mathieu, et Manuella ayant les traits de Marie, son côté typiquement  "espagnol"... Marie Cécile elle, est nettement plus "italienne" 

Sur la lancée nous demandons si nous pouvons pique- niqué... No problème.

            Castellina 05

            Fille-et-Pt-fille.JPG

Ainsi nous avons pu goûter aussi à l'huile d'olive du domaine avec les produits achetés au village: Jambon cru, tomates et mozzarella excellente.

Enfin à mon grand bonheur, Marie Christine vient vers nous. Je lui présente ma petite famille. Fidèle a son image elle est douce et aimable... Mais visiblement fatiguée. Il y a du monde à "la boutique" où toute la famille s'active ... Manque Manuella la petite dernière... "viticoltrice" et sculpteur.

- Gestion des domaines viticoles et oliveraies. Réception des clients , commandes, livraisons. A chacun sa tâche.

Des gens comme je les aimes. Alors je me suis sentie divinement bien.

                   Son-nom-est-Leo.JPG  

Coup d'oeil général: A droite, la réception et un "entrepôt " y suppose, dans le premier bâtiment

Au bout de la cour,  une treille, lieu de mon "rendez-vous". Au dessus  "La demeure" de la famille Ferré.

Et ce petit jeune homme que vous voyez au fond ... Il se nomme "Léo" ? Pas osé demander s'il était de la famille...Mais son sérieux m'a impressionné.

De même je n'ai pas osé, par respect de leur intimité,  demander une photo de nos hôtes: Nous nous contenterons du paysage de la Toscane qui entoure cette belle demeure, dont je vous offre quelques images.

Harmonie.JPG Clin-d-oeil-a-Pepe.JPG

 

Clin d'oeil à Pépé et peut- être a  Sosthéne le hibou (Pour les initiés )

 

                         Le chemin-copie-1

Paysage et touche exotique. Puis un chemin descendant vers la campagne sûrement souvent emprunté par notre poète.

 

 

               San Donatino - Copie

    

 

Entrée de  "San Donatino " ça  vous donnes envie hein !!

Alors ne vous gênez pas ! Le domaine et ses hôtes sont accueillants et...

le vin est bon HIC !!


                      La porte et son coq

Secouez la clochette... On vous ouvrira et...

Sous la clochette ce petit coq qui me parle de " L'Opéra de la nuit..." 


                                            Enfin ....  Le Rendez-vous  sous la treille .

Derrière la porte une sorte d'atelier avec des tableaux représentent Léo.

Hélas...."Léo  junior" ne m'a pas autorisé de prendre une photo de l'intérieur. 


 

 Castellina 01  

                                                               Castellina-04.JPG


                                              

        Prouesses photographiques de ma fille !!!

 

Voilà, je vous ai bien gâtées s'pas ?  - Ce fut une journée "fantastique"  for my.

Entre-nous ... Toute la matinée j'ai imploré "Le bon dieu et Léo" de mener a terme ce détour, et surtout que Marie Christine soit là.

Nous avons acheté: "Olio extra vierge di oliva" légèrement amère humm!!

Ainsi que quelques bouteilles d'un chianti  au doux nom de POGGIO AI MORI Ce vino que nous avions consciencieusement goûté.

Pour  vous conter cette belle journée, l'écriture, euh... Le style n'est pas  très "littéraire"  Mais assurément mon coeur était aux bouts de mes doigts.

Cerise sur le... vino ... Marie nous a offert des revues "copains de la neuil" plus un livret "De sac et de  cordes" et diverses images dont cette dernière. 

Ils-regardent-l-horreur.jpg

Léo ... un peu visionnaire !!

- "Ils regardent l'horreur et ils font peur à l'horreur"

Cette phrase illustre bien certains douloureux et horribles évênements de notre siècle. 

Et toujours... je vous embrasse. MJ

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by mchatrois - dans Présentation
commenter cet article
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 16:30



Drôle de titre me direz-vous. pourtant c'est bien ce qui m'arrive ce jour...

Par où vais-je continuer cette  longue aventure "ferréesque"??


Vous dire que sur les conseils de Piaf qui lui promet son aide.
Léo monte à Paris en 1946... mais ça vous le saviez...
Léo aime Paris. Le Paris de Verlaine Rimbaud et Baudelaire.
Il aime de Paris son côté glauque, ses faux semblants:
Vitrines - gares -et la Seine...


IL erre dans le Quartier Latin avec plus d'idées en tête que d'argent en poche.
Habite quelques petits hôtels, déjeune dans des gargottes.
 "Les assassins"  et "la Cantine" -  Bien entendu j'ai été y voir...
Car dans Panam  je  marche  toujours dans les "pas de Ferré".

Léo  écrira quelques chansons sur Paris... Mais Léo ne sera jamais "parisien".
1947 - Il commence  à chanter Au Boeuf sur le toit -  Le quod Libet - L'Echelle de Jacob Milord l'Arsouille et j'en passe.
Accroché à son piano et bardé d'horribles lunette, il dira plus tard :
- "je chantais comme un petit âne"
Les "cabarets" sont  alors pour Léo ferré...  " Ses chemins d' Enfer ".
 
ET Ce n'est qu'en 1954 qu'il aura le bonheur de faire la première partie de Joséphine Baker à  L'OLYMPIA

Mais s'il chante c'est d'abord pour se faire connaître...
Une façon de s'exprimer. Ainsi Françoise Travelet le présente dans son livre:  "Léo les années galaxie".
" Musicien et poète, Ferré n'appartient à aucun monde connu...
"Pour en avoir transgressé les rêgles, il fût condamné  d'entrée à la "bâtardise" et on le lui fit savoir."

- " Le poète est un monde enfermé dans la tête d'un homme "
Disait V. HUGO


J'imagine les souffrances de Ferré... toutes ses poésies dans sa tête et ...
Ne chantant que des chansons dîtes de "variétés".
Comme cela dû être long l'attente de chanter sa poésie !
Car Léo Ferré avait compris que les plaquettes de poésie se vendaient mal.
Ne pouvant les publier, Ferré n'a  plus qu'une idée qui l'obsède... mettre une musique sur les mots. Et ce fut son moteur...

"DANS LA RUE LA POESIE !!" et c'est ce qu'il fit.

C'est alors  qu'en 1956 qu'il va se détacher légèrement de la variété...
Sa voix c'est affirmée. Il publie enfin "Poétes vos papiers" d'où  il tirera  plusieurs chansons.
Qu'il nomme...  "Ses pains perdus" 
De  tous ses longs poèmes:
POETES...vos papiers !
LES CHANTS DE LA FUREUR ... et d'autres.
- Toutes sa vie Léo retravaillera les textes, prenant un strophe par çi,  une autre part là : désassemblant ou assemblant sans cesse. 
- Toute sa vie Léo Ferré  n'aura de cesse de jouer avec les mots, les vers, les métaphores, anaphores, apocopes, quatrain, huitain etc.

Et comble de son amour pour la poésie et les poètes...
Il  travaillera plus d'un an de 1952 /53 sur la mise en musique de:
"Le Mal aimé " d' Apolinaire.
Enfin en 1958 en plein essor chez Odéon il décline des millions qu'on lui propose, mais demande un espace pour qu'il puisse produire et mettre en musique les poètes qui donnent un sens à sa vie:
Rimbaud, Verlaine, Baudelaire, Apollinaire  et plus tard Aragon

Mais en fait, pour qui en connait les clés...
Léo Ferré n'aura chanté que sa vie, sa sollitude, l'Amour et ses révoltes...
OUF!!  j'y suis arrivé à la remplir cette putain  de: " page blanche"  !!!!
MJ.


Repost 0
Published by mchatrois - dans Présentation
commenter cet article
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 09:36

 

   
                                                              "UN TOURNESOL"
Voilà ce qui a poussé sur ma terrasse, au milieu d'un  pot d'asparagus, sans que j'y sois pour quelque chose!!
Dans quelques jours l'anniversaire du "départ" de Léo pour une autre galaxie...

Non Léo n'est pas mort puisque nos disques le chantent encore...

Léo sa musique, ses métaphores, Léo la folie, sa gueule grande ouverte sur ce monde… Léo qui crie, qui dénonce… qui pleure.

Léo Ferré un des premiers et peut-être même le premier « slameur »

                                                    Léo  "LE LION " 

Léo né en plein soleil de Monaco." Cette ville de pacotille " LF.
Léo qui pleure en découvrant Van Gogh et ses flamboyants tableaux

              Les tournesols    -   Les  champs de blé à Auvare
                                       
Léo le libertaire: Né le 24 aout ... Jour de…   La St Barthélémy

                         Envolé le 14 juillet... Jour de…  La Révolution !!

Ne cherchez son épitaphe, pas même son prénom ne figurent sur cette pierre tombale. Les noms de son père Joseph, de sa mère Marie... Ferré

- Première femme: Madeleine... Seconde femme: Marie jusqu'au papa de Marie qui répond au doux nom de; "jésus" !!
Curieuses,  et troublantes amusantes toutes ces infos s'pas ??

Sur ce, je vais encore faire une petite pause loin de la blosphère mais j'emporte bouquins et musiques Ferré pour vous préparer une petite suite ... Quelques jours à la montagne, me ressourcer.

Je souhaite bienvenue à "Pascal" nouveau lecteur, et le remercie de sa visite - Je fais des grosses bises à Catoue, Momo, Roselyne, Tite marie, Béguy et ceux ou celles qui de temps en temps me rendent visites.

Enfin je reviendrai vous parler de Léo "l'imprimeur"... une des moultes facettes de notre   "Métamec" 

Monique alias Arkel du forum.    
 

 

Repost 0
Published by mchatrois - dans Présentation
commenter cet article
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 09:14
ON EN ETAIT  OU ??  ... Les années  50/ 54 

La bouille à Léo en 1950 !!


 
OK mais je reviens faire  un petit come bak vu qu'on a fêté  LA VICTOIRE
de cette guerre 39/40  que  :TOI
"Léo  Ferré " tu as presque zappé!!!

Attention!!  pas volontairement !!
 
Je cherche dans mes bouquins et je reviens.... 
Pour te dire merci car une chose incroyable  "a poussé" sur ma terrasse .
Bizarre bizarre !!
********************************************************

Fin de l’année scolaire  1939

Ferré obtient le diplôme de l’École libre des sciences politiques. Son père le fait entrer chez un avocat, qu’il connaît par personne interposée.
Ferré l’assiste et gagne un peu d’argent.

Septembre 1940

Son sursis terminé, il est mobilisé avec Maurice Angeli à Montpellier. Angeli est versé dans l’infanterie, lui, dans l’artillerie. Il demande à être lui-même affecté dans l’infanterie, pour rester avec son camarade. Pour l’officier, cette demande est remarquable car l’infanterie est une arme très dure, à cause des marches et du sac de dix-huit kilos. Il rentre chez lui le vendredi soir par le train, et revient le dimanche. Il est ensuite transféré à Sète, caserne Vauban.

****************************************************************
Merci et pardon pour  "la copie"  Jacques
... Jacques Layani qui est incollable sur Léo...
- "Mr Layani Léo doit être fier de l'hommage que vous lui rendez avec votre travail.
Et moi je suis très gourmande de vos écrits"
Extrait de  votre blog.

A SUIVRE...
Repost 0
Published by mchatrois - dans Présentation
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 19:26


 La belle gueule à Léo des années 50



DANS UN PETIT CHEMIN DU LOT
- CASSE CROUTE AVEC PéPé...
 et le fameux cartable !! Après une petite sieste Pépé fera un tour dans les arbres pendant que son "papa" composera !!




ALLEZ  Pépé on rentre au chateau !!

Un brave homme notre Léo 
 Vous retrouverez le "DICO"  de Léo. sur les  PAGES de ce blog, indiqué en marge à droite
Repost 0
Published by mchatrois - dans Présentation
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 18:33

UN  FERREEN  DANS  MA  VILLE...

Je dédie cette "page " à l'ami  ferréen que j'ai rencontré ce jour....
Une rencontre que m'a redonné le courage de reprendre ici
"Le dico de Léo"
Nous avons parlé à bâton rompu de notre chanteur, poète...
et partagé quelques idées dans ces deux petites heures qui,  pour moi ont été trop courtes....
M'enfin, fallait bien faire "connaissance".
Je te remercie  "l'ami"  pour tes démarches dans le but de me rencontrer... de me connaître. Quel "honneur" tu m'as fait!!
Mais revenons à Ferré...
- Sur mon blog AOL j'avais élaboré  quelques pages rappelant le "phrasé mythique de Léo Ferré.
Ces pages je les appelais  " Le Dico  de Léo"...
Ce travail me plaisait beaucoup car il m'obligeait a  aller chercher et relever les alexandrins que  l'imagination fertile de Léo faisait naître à partir  du mot...
Je vous cite pour exemple le mot;  MELANCOLIE

Selon Ferré, la "Mélancolie" c'est un désespoir qu'à pas les moyens.
La Mélancolie... C'est les yeux des chiens quant il pleut des os.
Et comme Léo avait beaucoup de choses à dire sur la Mélancolie
Bin.... il en a fait une chanson.
A bientôt l'ami, merci de votre visite, elle m'a fait très plaisir.
M J

               L'ANARCHIE C’EST L’AMOUR !!  Léo FERRE

ACCORDEON : Pleyel en sautoir
ARGENT: C’est le sourire du désespoir (Demain)
Ame : Peut se porter en cache-nez LF
Amour : L'Amour, une réponse à un problème qui reste un problème.
AMITIE
 : L’amitié c’est comme le ciment armé, on ne sait pas comme ça 
                vieillira… (Et.. basta)

ARTISTES : Gens d'une autre race...Mais qui ne le savent pas (Les artistes)

BONHEUR : C’est du chagrin qui se repose.

CIGARETTE : Sourire de la solitude

DEPART : Répétition de la mort, comme un bris de l’âme.

DESESPOIR : Forme supérieure de la critique (la solitude)

DESORDRE : C’est l’Ordre moins  le pouvoir…

EAU : Glace non posée,  cet immeuble, cette mouvance…. (FLB)

ECUME : Bave des chevaux ras aux raz des rocs...

ENFANCE : C'est un jardin, c'est un bouquet c'est des épines aussi.
                   (l’Enfance)                                                              
 

ENJUPPE : Mousse déposée par les vagues sur les rochers (La mémoire et la mer)

ESSORER : Essorer, essorer... c'est ça le verbe de la pollution! LF.

EXIL :   Forme de réflexion   (Technique de l’Exil)

GITANE : Donneuse de paradis - ou copine de patachon

IMAGINATION : Peux se trouver dans le cœur ou…a défaut dans son froc.

IMMERDE : Immerdé - synonyme de  IMMERGE   (En angage  Ferré -Interw)

INCROYABLE : C’est ce qu’on ne voit pas.  (Je parle à ‘importe qui)

LARMES : Vin des couillons. (La Violence et l’Ennuie)
LEO FERRE : Mon Dieu qu’il était con !   (Par lui-même)
LIT : Antichambre du tombeau
LIT (2) : Tabernacle du plaisir.
           On ne peut pas faire plus opposé

LOUCHER : Les hommes louchent sur qui sur quoi? (La vie est louche) 
LUMIERE : La lumière ne se fait que sur les tombes (Préface)
MARSEILLAISE : (la) C'est une P....qu'aime que la braise. (La Marseillaise)MATHIEUSALEM : Nom de celui qui te mettra sur la piste !! LF
MELANCOLIE : C’est les yeux des chiens quant il pleut des os (La mélancolie) MELANCOLIE (2) : Désespoir qu'à pas les moyens. (La mélancolie)
MISERE : Chien n'ayant que trois pattes.
MORT : C'est la sœur de l'amour  (Ne chantez pas la mort)                          
MOTS : Synonymes de : ARMES-  armes, mots, c'est pareil, ça tue pareil. MUSIQUE : La musique m’empêche d’être totalement incroyant                                  
MIROIR : Cette eau mouvante.
NUIT : Copine à Léo...
PARTIR : C’est de l'imagination".
POUVOIR : Le pouvoir : C'est toujours de la merde
Provocation: C'est provoquer les gens "à l'intelligence." ou c'est l'invective...
                    c'est le refus. (interviews sur Dailymotion

PUBLIC : C’est notre théâtre à nous.
SALOPE
: Habitante de Cahors  L F....  (Tout est bon pour le dico)
SEINS : Quand ils sont bleus, c'est la mer à Paname (le superlatif)
SCULPTEUR : le Sculpteur n’est jamais seul. Il malaxe, et l’acte de toucher pour
                    «Faire»  le dispense de toute vraie solitude. (Technique de l’  Exil)
SOLITUDE : Configuration particulière du mec.  (Et basta)
TENDRESSE : C'est la bâtarde de l'Amour. (FLB)
TRISTESSE : Se dit de la mélancolie qui a pris quelques années (La tristesse) VITRINES : Sont les poches à Léo ! Quant il y fourre ses rêves (Les vitrines)VOYOU : Ne sont pas tous enfermés... Il en vaque en toute tranquillité
YEUX : Lampes de la femme qui s'usent quand on ne s'en sert pas 

A SUIVRE...POUR AVOIR UNE IDEE ET CONNAÎTRE LA PROSE DE FERRE SANS FORCEMENT LIRE TOUS ES POEMES.  MJ

PS: Bonne idée de "Bégui"  Si    Léo vous souffle un "MOT"  Ne vous gênez pas de me  le soumettre dans vos coms... Nous appellerons cela de l'interactivité héhé
ATTENTION  avec  le titre du poème exigé!! ;DD  MJ

Repost 0
Published by mchatrois - dans Présentation
commenter cet article
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 16:45

                       

                
         
OU et QUANT... Léo  a appris  

                la musique ??

                        

 

Léo Ferré - Hello Ferré 1ère partie


Si vous avez un peu de patience... cette 1ière partie  vous fera mieux comprendre Léo Ferré


 

"Les Poètes de 7 ans"

  
A  Monaco sur le piano de sa sœur ainée. 

  
   Maurice FROT… Grand ami de Léo écrira dans son livre…
    « Je ne suis pas Léo Ferré » repris sous le titre
    « Comme si je vous disais... »
    - Titre d’une  chanson éponyme  de Léo.
    - Je le cite:


« Léo, surbrillant  élève : Sans  bavure  son Bac à Rome,  philo à Monaco, et bonjour Paris ! Enfin libre !  
Léo prépare son droit et Sciences- Po ! Faut bien,  papa Ferré l’exige…..
 
Que pèse la triste étude des lois face à la passion qui le dévore : La musique !!
                               
Où l’a-t-il rencontrée cette envoûtante  belle dame…
 
Dans un salon de thé à Bordighera, où sa mère est venue un jeudi,  le sortir de son « cachot »
....  La radio diffuse la «Cinquième de Beethoven »
Léo est pétrifié et il  en pleure.
....  Sur le piano de sa sœur Léo pianote…
- Papa Ferré lui refuse des cours prétextant :
- «  Qu’il y a autre chose à faire dans la vie »
 ! 
- Pourtant c’est à 11 ans que petit Léo composera  une mélodie sur « Soleil couchant » de Verlaine.

.…. Et la poésie où l’a-t-il rencontrée Léo ?
– La poésie est « donnée » au poète. La poésie vient de la solitude,  du silence, de l’inavouable. On ne la fabrique pas, on la vit, on la respire…. L’art ne fait que des vers seul le cœur est poète.
                                                                                                                   
… Son « œuvre » ce prodigieux piège à rêves-mystérieux état intermédiaire entre réalisme et onirisme- est né d’un jeu sans souci, bricolage au jour le jour, et nombreux collages de textes que Léo appellera plus tard ses  « pains perdus », perdus dans ce gros cahier qu’il transporte toujours avec lui… 
Fin des citations de M FROT…
Afin que se termine mon lamentable « plagias » !!

Quelques dates :

1929 -  Léo a 13 ans  - C’est grâce à son oncle Scotto, violoniste, secrétaire de la salle de musique de Monaco, que Léo  peut voir Toscanini  diriger  "Coriolan" de Beethoven. Ainsi qu'un concert avec Ravel.
1935 - Mise en musique- Le piano que baise une main frêle - de Verlaine.                                           
1940 - Mariage de sa sœur:   Il compose un « Ave Maria »
1941 - Ebauche d'un "Opéra du ciel" qu'il présente pour la 1ère  fois en public  à l'opéra de Monaco sous le pseudonyme de  « Forlane »  à la demande du Prince Albert de Monaco.
1942 - ? 43 ? - Léo Ferré se rend à Montpellier pour voir Charles Trenet qu'il admire et osera lui présenter quelques unes de ses compositions - Ch. Trenet l'encouragera pour les textes...mais lui conseille d'éviter de chanter!  - Par la suite L Ferré travaillera sa voix pour faire connaître sa poésie.


CE JOUR SE TERMINE LE CHAPITRE CONCERNANT LES PREMIERS PAS DE LEO FERRE SUR LE CHEMIN DE SES MUSIQUES  M.J

                             



 
Repost 0
Published by mchatrois - dans Présentation
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 06:57

 


LA SOLITUDE

 
Léo 
Ferré, suivant ses écrits :

 "A toujours été un enfant seul, seul avec dans sa tête des musiques
Cette attirance, ce don qu’il cachait,  pensant qu’il n’était pas comme tous les autres enfants"


Lorsque son père Joseph Ferré, directeur de la SBM à Monaco envoi son fils en pensionnat à Bordighera, ville frontière de l’Italie, ce fût pour p'tit Léo qui adorait sa mère, un arrachement douloureux

Catapulté,  l’enfant seul  pleurait dans ces dortoirs de quarante lits où venait le visiter sa mère ou ses tantes aux baisers de paradis parfumés

Huit ans de prières obligatoires à genoux devant de faux « pères » de faux « frères » aux gestes lubriques sur son visage innocent, certains soirs de « surveillance »
" Où les petites mains devaient être bien visibles et rangées sur le drap blanc.

Léo Ferré, enfant révolté jusqu’à lire Voltaire, Rimbaud, et Baudelaire cachés dans son missel le temps des longs offices. Farceur, s’asseyant lorsque, selon certaines prières,  le prêtre faisait signe de se lever, ou pire : Se mettait à genoux.
Le but du jeu: Être transparent,  fondu dans l’ensemble, et lire ces
 "Fleurs du mal"  ces fleurs du diable.
 
Ou bien cette autre lubie de Léo : Être - enfant de chœur  - pour porter une robe… non pas comme une fille, quoique cela l’amusa, mais pour bouger, servir la messe, tourner autour de l’officiant, porter le lourd livre des psaumes, passer les burettes, toute la diversité de ces gestes distrayaient p'tit Léo… Lui offrant « un rôle » dans cette mascarade quotidienne. Enfin, il y avait l’encensoir avec sa fumée à l’odeur si pénétrante qu’on aurait cru qu’elle vous transformaient le cerveau et l’âme !

Lorsque son père Joseph Ferré, directeur de la SBM à Monaco (actuelle Sté du Casino)
envoi son fils en pensionnat à Bordighera, ville frontière de l’Italie, ce fût pour p'tit Léo qui adorait sa mère, un arrachement douloureux.

Catapulté, l' enfant seul  pleurait dans ces dortoirs de quarante lits où venait
***

….. Euh… J’ai écrit "qu’ ON aurait cru" ?
- Ce n’est pas une lacune ... et pas tout à fait innocente, puisque comme Léo,  je fus prisonnière et " Enfant de Marie" dans une de ces institutions  à Trappes, à Meudon durant cinq trop longues années.

Pensionnats, enfants exilés, romanesques, nos choix de « servants » nos chants de douleur et de révolte. Jusqu' à Monaco - "cette ville de pacotille  L.F " -  Mon "exutoire"  librement choisi : Mon enfer à moi..


Léo Ferré et  votre humble conteuse...  nous ne pouvions pas nous  "rater" et même si je n'ai jamais été aux nombreux concerts de cet homme, parce que, tenancière dans mon "petit théâtre de la rue Broca, ou " mes  galères" c'est selon...
Je ne pouvais pas sortir souvent. Donc, ce n'était pas l'heure de Léo... Mes "entre-actes" c'était le truculent Bécaud, le  "rastacouère" de l'époque Ch. Aznavour qui devait devenir le grand artiste que l'on sait.
Ou cet autre "écorché" de Brel déjà en proie à ses démons, condamné par cette sale maladie qui devait l'emporter.

ENFIN, un soir de l'an 2000, dans une galaxie connue de nous seuls... J'ai rencontré Léo Ferré  et... me voilà.  MJ.

*** Extrait de Benoit Misère L F.


*** Je réitère ici quelques bribes de textes parus déjà sur mon blog chez AOL.  Merci d'être indulgents. Sans recopier, je ne vois pas comment reprendre le récit.  Cependant j'occulterai les longues listes de ces chants et poésies, ne déposant que l'image de ses nombreux albums.
Enfin je ferai de mon mieux ou de mon pire.

Vous parler de L Ferré étant de faire de votre lecture un divertissement. Merci et bonne lecture.                                                                                                             

Repost 0
Published by mchatrois - dans Présentation
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 15:37

LEO  ET LA MUSIQUE

                                                                                                                                                 
 

    L'Enfance,

    C'est un chagrin cueilli de frais
    C'est un jardin c'est un bouquet...

    C'est des épin's aussi..."

    C'est l'Paradis dans du cambouis

    C'est de caress's au fond d'la nuit

    C'est une leçon d'ennui...

     Extrait du texte "l'Enfance" L. Ferré

 


Léo au millieu: Reconnaissable, son p'tit air crâneur et souriant.

Je ne reviendrai pas ici sur l’enfance de Léo Ferré… qui au départ fût heureuse. Une grande sœur et une maman aimante, un papa directeur des Bains de Mer à Monaco, une famille au demeurant aisée.

 

Après avoir beaucoup lu, je peux le voir d’ici ce petit bonhomme un peu crâneur ainsi qu’il paraît sur ces photos d’enfance.

Pour mieux m’en imprégner je suis allé un jour rue St Michel à Monaco… Je suis monté à l’étage… A mon grand étonnement, sur une porte, une plaque de cuivre : JOSEPH FERRE!! (le nom de son père) Croyez-moi j’en fus bouleversée… Durant quelques instants je m’imprégnais de l’odeur, du calme de ce palier, la porte bien cirée, le cuivre brillant… Sûr que cet endroit était entretenu avec respect et amour...

Alors j’ai laissé courir mon imagination….J’ai entendue des galopades dans les escaliers, Léo et deux de ses petits camarades descendaient, joyeux, heureux de s’évader…  J’ai négligé l’ascenseur et j’ai suivi les « galopins » jusqu’aux "remparts", là où ils rêvaient de voyages en regardant les bateaux charbonniers s’amarrant au port.…


1925 les remparts de Monaco
 
Là, où  Léo l'enfant, abordant son rêve, distribuait  des instruments de musiques  imaginaires à ses petits compagnons et lui  devenant le  "CHEF" d'orchestre.  C’est là  dans ces ruelles du château que Léo  exultait de pouvoir enfin libérer cette musique qu’il croyait être  une tare parce qu’enfouie dans sa tête et dont chez lui, personne ne parlait.


*** "Plus doux les violons" plus fort le piano, je dirigeais des orchestres imaginaires"  L F Benoît Misère

Mais P
apa Ferré enverra p’tit Léo dans un pensionnat chez les pères de Bordighera à la fronière de Nice…

Mais laissons pour ce jour notre Léo profiter encore un peu de sa chère liberté. MJ

 

A mes lecteurs:  J’étais récalcitrante de devoir recommencer ce blog sur Léo Ferré, consciente que le personnage avait ses admirateurs mais aussi ses détracteurs.
C'est en lisant vos écrits, que j’ai découvert beaucoup de poésies…

Alors que j’me suis dit…- « Ce récit, si j’y inclus un peu de mon cœur de la sincérité et beaucoup de mon admiration pour « l’œuvre » de Léo Ferré  peut-être, je dis bien peut-être, j’éveillerai quelque uns de mes amis et nouveaux lecteurs a reconsidérer ce chanteur, poète, auteur compositeur et j’en passe…

Sans oublier que fréquenter Léo c’est aussi flirter avec Rimbaud, Verlaine,  Aragon, Apollinaire, et même Breton, Sartres et Satie -Beethoven, Debussy et Ravel ainsi que tant d’autres personnages que j’ai découverts simplement en parcourant les chemins de Léo Ferré… ses "chemins d’enfer" car rien ne lui fut facile.

Bonne lecture.. Et si j’ai pu un tantinet, ouvrir votre cœur à ce génie de la poésie,  alors pour moi cette  journée est fan-tas-tique aussi je vous en remercie. MJ
                                     
Monaco 2008 - Soit dit en passant une ville que j'ai enrichie de plus de 60.000 euros en 40 ans de jeux, aussi ne me plaignez jamais d'être sans le sous NOW.
L Ferré avait horreur du jeu et de cette ville de "pacotilles" ainsi il l'a nommait..
Je dois bien l'avoir déçu !! MJ.

Repost 0
Published by mchatrois - dans Présentation
commenter cet article