Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mchatrois

  • mchatrois
  • Simplement femme, aimant la poésie et surtout les poètes maudits...
Il était inévitable que je tombe dans la soupe à Ferré-- Depuis je m'y noie
  • Simplement femme, aimant la poésie et surtout les poètes maudits... Il était inévitable que je tombe dans la soupe à Ferré-- Depuis je m'y noie

Recherche

26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 11:10

J'ai choisis cette version INA de  "La  Mémoire et la mer"  pour son authenticité. MJ

MA MUSIQUE ME PREND COMME LA MER…

"La musique me prend comme la mer... Ca, c'est vraiment lui ! Et ça m'a fait plaisir qu'il ait pu écrire une poésie pareille, parce qu'il devait aimer la musique.

Lors de l'émission "C'est extra" -1991  Léo a dit:

 

    Léo -"A ce moment-là, les gens qui aimaient la musique comme Baudelaire, où écoutaient-ils de la musique ? Comment faisaient-ils ? Aujourd'hui, on est des princes de l'écoute. Lui, il allait où ? Quelle radio il allumait ? Qu'est-ce qu'il faisait Baudelaire  

... La musique, il l'inventait dans ses paroles, dans son style et dans ses alexandrins, et c'était ça la musique de Baudelaire. Il aurait voulu connaître la musique et je pense qu'il ne l'a pas connue très bien. Parce que les gens, qui à ce moment-là écoutaient de la musique... Les gens qui écoutaient Mozart ou Beethoven, avant Baudelaire, bien sûr, ils allaient dans des concerts organisés par des seigneurs. S'il n'y avait pas eu les seigneurs, on ne connaîtrait ni Mozart, ni Beethoven. Baudelaire a souffert beaucoup, je pense, et c'est tellement loin tout ça. On n'a pas connu. On sait des choses... Il a écrit des choses, mais il a sûrement souffert ! Et dans quelles conditions il a souffert ? Je ne sais pas, mais il avait cette re-viviscence de la poésie qu'il écrivait et ça, ça arrangeait tout chez lui, je crois.  Moi, je ne voudrais pas rentrer dans sa vie de souffrance, ça me ferait trop de peine. Alors, je ne pense jamais à ça. Les gens qui écrivent sur les poètes, qui ont vécu ci, qui ont vécu ça et qui ont fait ci, et qui ont fait ça....

    Un jour, j'ai lu un livre de Sartre sur Baudelaire, avec certaines vérités bien sûr, mais très méchant. C'était très méchant et il m'a convaincu un moment. Un moment, je ne pouvais plus voir Baudelaire, parce que Sartre disait que c'était ci, que c'était ça, et puis je suis revenu à mon amour de Baudelaire. Et je n'aime pas que Sartre ait parlé comme ça d'un tel poète.

    Baudelaire, c'est le style des génies... Ca ne peut pas s'expliquer. C'est vrai, on ne peut pas dire comment il a fait, comment il n'a pas fait... Il a fait ça ! Essaie de faire la même chose, avec ce que tu penses, toi, actuellement, de trucs... Tu n'y arrives pas, parce que tu n'as pas cette écriture, ce coeur dans la plume et dans l'encre où, de temps en temps, il plantait sûrement la plume dans le sang... Il écrivait en rouge. Mais ça, on n'a pas besoin de le savoir. C'est moi qui invente en ce moment. Mais peut-être que je n'invente pas tellement que ça. C'était peut-être vrai. Le style Baudelaire, c'est l'encre écrite, qui est le sang écrit."

Léo Ferré

Extrait de l'émission "C'est extra" -1991- Jean Chouquet

Repost 0
Published by mchatrois - dans Léo ferré
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 07:58

IL FAUT GUEULER NON, NON MËME LORSQU'ON VOUS DEMANDE DE DIRE OUI .

Merci aux lecteurs d'avoir la patience d'avaler de force les PUBS  imposées

Chez Overblog c'est comme à la TV. original. Non ?  

Cet articles et les prochains ont pour but, non pas de " plagier" les écrits de ceux qui ont partagé la vie de l'artiste, le "comprendre" et surtout aimer Léo Ferré.                 Ici  je les remercie de leurs messages et je continue  humblement " le partage "  sur ce blog pour que se perpétue dans les futures générations l'oeuvre du chanteur. 

Immense poète et aussi musicien qu'était Léo Ferré....

Rendez-vous dans 10.000 ans Léo... La Musique dans la rue... elle y sera. MJ.

                                             ROBERT DE HORVILLE  écrivait...

 

LA CONCEPTION DE LA CREATION DE LEO FERRE

Léo Ferré est un homme de communication. Toute sa vie, il n'a cessé de lancer à la tête des gens des mots " Sans culotte/ Sans bande à cul ", comme il le dit dans Le chien, de faire des mots, des outils de provocation et de révolte.

Les mots, il savait les manier, en faire des armes de revendication. Ils étaient, pour lui, des instruments d'acceptation, mais aussi de refus. Maîtrisant parfaitement le langage, il en usait avec délectation, avec une sensualité qui provoquait l'adhésion et l'admiration, qui, jointe à la sensualité de sa voix et à l'ampleur de sa musique, véhiculait une intense émotion, conférait à ce qu'il exprimait une grande force de conviction, un élan irrésistible de persuasion.

Léo Ferré a consacré de nombreux textes à dire la puissance des mots. S'exprimant parfois en théoricien, il a produit de longs développements dans lesquels il fait part de sa conception de la littérature, il s'efforce de définir les différents usages qu'il convient de faire des mots. Ce type de réflexion jalonne sa carrière littéraire, constitue comme des repères qui permettent d'éclairer sa création. Après avoir, en 1956, dans Préface, livré sa vision de l'écriture, il revient à la charge, en 1962, dans Le Style, où il présente l'écriture comme une tension permanente, comme une invective, comme une grenade qu'il faut lancer dans la foule, pour provoquer sa réaction, pour l'amener à sortir de son apathie et de sa résignation.

Robert Horville.

Plus tard, en 1980, Léo Ferré donne La Violence et l'ennui, où s’établit une corrélation entre la révolte, l'amour et l'écriture, il réclame une expression, à la fois condensée et efficace, s'exclamant successivement :

" Je vous demande d'être brefs et couillosifs " " Je vous demande d'être brefs et cartésiens" Robert Horville

Repost 0
Published by mchatrois - dans Léo ferré
commenter cet article