Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mchatrois

  • mchatrois
  • Simplement femme, aimant la poésie et surtout les poètes maudits...
Il était inévitable que je tombe dans la soupe à Ferré-- Depuis je m'y noie
  • Simplement femme, aimant la poésie et surtout les poètes maudits... Il était inévitable que je tombe dans la soupe à Ferré-- Depuis je m'y noie

Recherche

11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 16:52

L-o-45.jpg

Luc VIDAL a propos de
"LA MARGE"
Léo Ferré est dans la marge au coeur du monde, dans la marge pour prendre le large.
Son œuvre-vie, son chant plus
exactement, prennent source dans la solitude des jours et des nuits.

 

S'il y a un sens à saisir c'est alors celui d'être complètement soi-même, au risque de l'errance, au risque de l'exil, au risque de l'amour.
Ses poèmes, ses opéras, ses textes, ses musiques, ses concerts, ses chansons, sa voix deviennent des sémaphores inoubliables, des présences comme jamais.
Les refus du pouvoir de Léo Ferré et d'une forme de société qui impose des violences inédites sous couvert des apparences de justice et de démocratiques paroles sont une constante de sa vie d'artiste.
Cela donne une œuvre-vie magnifique.

Léo Ferré est un continent et une mer immenses à (re)découvrir sans cesse comme François Villon, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Charles Baudelaire, Guillaume Apollinaire, Aragon etc.
Essayez avec quelques titres-forces de son œuvre de lire les temps présents, cinq années après sa mort, et vous vous rendrez compte de la justesse des mots et des notes. Dans cette création, il n'y a aucune perte d'énergie, il y a un cycle de vie totale, de naissances et de morts au service de l'amour et du rien. Se donner le temps d'écouter, de regarder, de commenter la création ferréenne, c'est le but et l'ambition de ces Cahiers Léo Ferré.
La haute poésie, la musique savante, le texte au coeur direct, la mélodie populaire, circulent librement chez Ferré. Cela touche encore, cela touchera des oreilles nouvelles et des cœurs en recherche d'eux-mêmes. Ferré n'est pas une question d'amour, c'est une réponse d'amour permanente à nos inquiétudes. Et nous avons besoin de ces hommes-créateurs-là, notamment dans le domaine de la littérature, de la poésie et de la chanson pour éclairer notre sens critique et éviter ces compromissions communément admises comme le dernier cri créateur de notre époque.
Luc Vidal (Extrait des Cahiers de L Ferré)

                       

Claude Nougaro a dit... en musique

Y a un train fantôme dans ta voix Ferré
Y a un train fantôme traversant des astres
Des astres seigneurs, des astres désastres,
Y a des voyageurs dans ta voix, Ferré

Des bourreaux de chiens, des amants qui souffrent
Sur ces rails rouillés crevant la mémoire,
Des bandits d'encens, des anges de soufre
Dans ces wagons blancs peuplés de nuit noire

Au bout du tunnel, dans l'aigu du ciel,  y a un long Pleyel
En joue un costaud, nourri au lolo, de la voix, Léo.
  
 C. Nougaro

 

Michel Jonasz  aussi a composé ce sonnet...

J'ai ton île Saint-Louis dans l'ciboulot 
J'ai ta jolie môme et tes sanglots 
Les chevaux de la mer au grand galop 
Léo L'indifférence c'est le fléau 
Chacun son portable et allo 
Enfermés dans nos bungalows 
Léo On regarde notre vie par un hublot 
On est en bas et toi là-haut 
Et elle nous manque ta voix Salaud 
Léo Léo Léo Léo 
Ce temps que l'on perd à attendre le gros lot 
La vie nous file entre les doigts comme de l'eau 
Elle doit nous prendre pour des charlots.
M Jonasz

                                 

 

Si cette série : Ils ont dis de Léo... Vous intéresse  j'ai encore dans mes tiroirs quelques unes de ces   "reconnaissances " qui moi m'ont énormément touchée puisque au fil du temps je les ai "engrangées" dans mes archives.

- Je vous ai aussi ajouté quelques mots dans le  DICO à vous de m'en proposer dans vos commentaires pour que ce blog soit interactif.

- Parce qu'il le vaut bien!!  Non pas le blog.... Léo voyons!!  M.J

   UNIVERS - MISERE - 

Partager cet article

Repost 0
Published by mchatrois - dans Ils ont dit de Léo
commenter cet article

commentaires

Mathias Kim Ly 20/07/2012 08:14


à lire ou à relire...


C'est dans ces termes que Deleuze, dans une conversation de juin 1991 avec Domique Lacout, évoque son amour de Léo Ferré : « Se demander si "on aime" Untel ou
Untel revient à s'interroger sur le plaisir qu'il nous procure. Avec Léo Ferré, il n'y a aucun doute possible : le plaisir est immense. D'abord un plaisir abstrait, cérébral. On est happé
par le sens des mots. Puis une sensation plus physique qui est un effet du plaisir cérébral et qui parle au corps lui-même. Typiquement on appelle cela la jouissance. Et puis cet homme superbe à
qui l'âge ne donne pas, comme on dit bêtement, une "éternelle jeunesse", mais une tonalité de liberté absolue, une grâce incomparable qui va bien au-delà de la vie et de la mort elles-mêmes. Léo
Ferré a ce don extrême de dire des choses simples en révélant ses affects et ses expériences dont nous nous sentons les complices. C'est ce qu'[on] devrait montrer : ce complot d'affects,
[…] cette culture de la joie, cette dénonciation radicale des pouvoirs, ce glissement progressif vers un plaisir qui est le contraire de la mort. Ce que je peux exprimer bêtement par :
j'aime Léo Ferré. Non parce qu'il est bête d'aimer Léo Ferré, mais parce que c'est dire bêtement une complicité qui peut mettre l'ordre en péril. Ferré est
dangereux parce qu'il y a chez lui une violence (maîtrisée) qui s'appelle le courage de dire. Il perçoit partout, dans le monde, dans la vie individuelle, l'intolérable. C'est un homme de passion
habité par la sérénité. C'est un plongeur de l'émotion qui utilise les mots comme des grains de sable dansant dans la poussière du visible. » (Dominique Lacout, Léo Ferré, Éditions
Sévigny, 1991, p. 321-322)

mchatrois 21/07/2012 07:43



Merci Mathias. Je vais faire une petite pause sur Claire pour rattraper un peu mes retards chez "Métamec" tes attentions m'y encouragent. Je vais aussi publier tes textes dans "Ils on dits de
lui... C'est leur places. As-tu un blog au Vietnam? si oui... En avant le lien. Connaître Léo Ferré c'est une autre visions de la vie dans un sens large du terme. Amour, rebellion, franc parler,
clairvoyance et j'en passe!! Amicalement Monique



LOPEZ 22/04/2011 18:24



ptit coucou ! je viens de faire la pub de ton blog sur mon facebook, joyeuses fêtes de Pâques malgré le temps tristounet, bisous à bientôt.



Claire 20/03/2011 08:11



Aux couleurs du Printemps:


@Momo: Hum tu me gâte trop!! dés que je peux je m'occupe de mettre le dico a jour... la vie
reprend!! C'est une aventure "incroyable" la vie. J'ai hâte d'être installée  dans " ce nouveau décors, changer de vie, changer de corps "   dixit Léo ... Et de me détendre: Raconter et faire vivre encore Le Métamec.


PS: Je remercie ici BEGUI l' ami "ferréen" de Nice qui m'a apporté des exemplaires "des copains de la Neuille " dans lesquels je
ne manquerai pas de piocher pour vous  des "nouvelles" de Léo. Et toujours bises à TOUS



LOPEZ 13/03/2011 12:29



J'ai oublié de le préciser ! du titre de la chanson LA NUIT.


Suis assez contente de savoir que mon fils en vadrouille à Paris ce week end, écoute avec ses copains ET BASTA de l'ami Léo. J'ai donc reécouté....


RIDES : ça s'apprend petit à petit.


SOURIRE : c'est de la peur comptée d'avance


donc dans ET BASTA. Bises à bientôt



Merci 08/03/2011 16:04



Merci Monique pour cette jolie phrase. Je la dépose dans le dico. 


Un seul regret je n'ai pas trouvé le texte de Léo Ferré auquel elle se rapporte. Bizz



Monique 07/03/2011 23:30



NUIT (LA) C'est le soleil du soir qui enfile son peignoir...



LOPEZ 26/02/2011 16:50



Je suis en train d'écouter des moments de radio et suis tombée sur Michel Bouquet qui dit de merveilleuses choses sur Léo, c'était dans Pollen , le texte est sur Léo Ferré by SCL, mais tu
dois l'avoir, en tout cas c'est une bonne idée de mettre ces textes et impressions.


, Bises



chatrois 22/02/2011 08:52



@GILDAS: Merci, merci du fond du coeur pour votre intérêt apporté a ce modeste hommage à  Léo Ferré. un grand oublié, trop... Dans les médias.


Je vais "dévorér" votre site. Vous arrivez ici a un moment stratégique de mon histoire. Un moment où je perdais tout espoir. Une semaine qui commence bien Merci
infiniment merci.



gildas 22/02/2011 08:20



Bonjour, je viens de découvrir tes pages, très intéressantes. J'ai également mis sur une page web, quelques documents que je possède et qui peuvent t'intéresser.


 


http://bretonnes.pagesperso-orange.fr/indexleo2.html



chatrois 21/02/2011 06:55



@Pagenas: Merci pour ce bon lien.Et Hommage a Sapho:


Je pense que pour bien interprêter Léo il faut se mettre dans la tête de Ferré c'est là la difficulté. j'ai trouvé dernièrement  "Vingt ans" sur un rytme
plus "optimiste" par "jenesaipluki" et c'était très bien. Je ne manquerai pas d'écouter ce CD de Sapho a la FNAC. Cartherine Lara elle aussi reprend Léo...


Rien ne se perd, tout se transforme.